Dans la peau d'un lanceur d'alerte : la vérité a un prix
Sélectionné en compétition internationale catégorie Investigation au festival DIG Awards 2017

Un film de benoît Bringer
Jeudi 13 Octobre 2016 dans Envoyé Spécial à 20h50

La vérité coûte cher, très cher. Pressions, chantage, isolement… Cette enquête documentaire, qui ressemble à un thriller psychologique, révèle ce qu’il en coûte de dénoncer un scandale international. Elle raconte l’histoire de Raphaël Halet, un Français ordinaire qui a fait sortir de son entreprise des documents ultra confidentiels. Ces documents sont à l’origine d’un scoop planétaire qui dévoile les arrangements fiscaux organisés par le Luxembourg permettant à des multinationales d’échapper à l’impôt : les « LuxLeaks ». Le préjudice pour les États européens se compte en milliards d’euros.

Pendant de très longs mois, son histoire est restée secrète. Le journaliste et réalisateur Benoît Bringer, déjà auteur de l’enquête sur les Panama Papers pour France 2, révèle pour la première fois les pressions incroyables auxquelles Raphaël Halet a été soumis. Secrets d’Etat, manipulations, rebondissement avec en toile de fond des questions sur le rôle de la justice française, Benoît Bringer a eu accès à toutes les pièces du dossier et rencontré tous les protagonistes.

Ce document est aussi le symbole du courage de ces anonymes qui sortent du rang pour dénoncer les dérives d’un système quelles qu’en soient les conséquences. Le parcours de Raphael Halet démontre également l’absence de protection des lanceurs d’alerte qui doivent assumer tous les risques et se retrouvent seuls face à la puissance des États et des multinationales.

« Un thriller bien réel, qui n’a rien à envier aux plus haletants des scénarios hollywoodiens » – Télérama

La critique de Télérama

Dans la peau d’un lanceur d’alerte (de Benoît Bringer, 55 mn, inédit). Un soir de mai 2012, Raphaël Halet regarde France 2 avec sa femme. En suivant Cash investigation, qui révèle les stratégies d’optimisation fiscale pratiquées par de grandes multinationales, le Français découvre que la société chargée de leurs affaires n’est autre que PricewaterhouseCoopers, pour laquelle il travaille, au Luxembourg, en tant que simple secrétaire. Peu de temps après, le journaliste Edouard Perrin, auteur du reportage, reçoit un mail d’un anonyme offrant de lui transmettre des documents confidentiels internes à PwC — lesquels serviront, à terme, à alimenter une deuxième enquête du magazine. Il n’apprendra que bien plus tard l’identité de sa source : Raphaël Halet.

Comment un homme discret, employé presque par hasard du leader mondial du conseil financier, est devenu l’un des détonateurs du scandale LuxLeaks ? A mi-chemin entre le portrait et le making of des copieuses investigations livrées par Cash, le reportage de Benoît Bringer (1) relate le volet judiciaire de l’affaire — l’inculpation de Raphaël Halet, d’Edouard Perrin et du deuxième lanceur d’alerte, Antoine Deltour, les pressions exercées par PwC, la légèreté de la justice française vis-à-vis de la protection des sources… Un thriller bien réel, qui n’a rien à envier aux plus haletants des scénarios hollywoodiens. — Emilie Gavoille