Notaires : grands privilèges et petites combines

Une enquête de Bertrand Bolzinger avec Séverine Charon et Guillaume de Morant
Jeudi 21 novembre à 22h50 sur France 2

Chaque année, 20 millions de français consultent leur notaire, en toute confiance.

Avec leur statut en or massif, inchangé depuis la Révolution française, les notaires jouissent d’un monopole sur tous les actes qu’ils signent.

C’est la profession libérale la mieux payée de France : 10% des notaires les plus riches gagnent jusqu’à 110 000 euros par mois.

Une corporation à qui l’on donnerait le bon dieu sans confession.

Mais peut-on toujours leur faire confiance ?

 

Régulièrement, la presse régionale se fait l’écho d’affaires judiciaires qui égratignent leur image d’incorruptibles : malversations, spoliations d’héritage, escroqueries, certains notaires dérapent.

Pourtant, ce que nous avons découvert au cours de notre enquête n’est pas le seul fait de quelques brebis galeuses.

 

Surfacturations, détournement systématique des intérêts bancaires de leurs clients, insuffisance des contrôles, nous avons enquêté sur le monde très secret  du notariat, une profession toute puissante qui sait faire taire les critiques.

 

Des salariés des études brisent enfin l’omerta et révèlent les pratiques peu reluisantes de certains notaires qui abusent de la confiance de leurs clients.

Des français victimes de leur propre notaire se battent depuis des années devant les tribunaux pour tenter d’obtenir justice. Protégés par leur statut, les notaires sont souvent difficiles à faire condamner.

Les 13 000 notaires forment une profession secrète mais très influente et difficile à réformer.

Pour préserver leurs privilèges, les notaires ont torpillé en partie l’ambitieuse loi « Macron » de 2015 en employant les grands moyens…

Plongée dans le monde opaque des notables notaires.