Violences conjugales : la parole des femmes

Un film de Marion Guégan

Chaque année, 225 000 femmes sont victimes en France de violences conjugales. Coups, viols, harcèlements psychologiques… Marion Guégan a suivi ces femmes qui ont choisi de ne plus se taire.

 

Dans une vidéo Youtube, Sylvie Volette, une mère de famille, raconte, sans filtre, son parcours du combattant contre son ex-conjoint, mais aussi contre la justice. Elle a dû déposer trois plaintes pour qu’une instruction soit enfin ouverte.

 

Chloé Fontaine, actrice et scénariste, a écrit un court métrage « Je suis ordinaire » pour sensibiliser au viol conjugal. 50% des viols sur les femmes adultes seraient commis par leur conjoint ou ex conjoint. Pourtant, peu osent en parler. Car les idées reçues, comme le devoir conjugal, sont encore très ancrées dans nos consciences.

 

En 2016, 123 femmes sont mortes sous les coups de leur conjoint ou ex-conjoint. Une page Facebook « Féminicides par compagnon ou ex »  recense ces victimes tuées depuis le 1er janvier 2017. Parmi elles : Hélène Kahn. Sa mère et sa soeur ont choisi de témoigner. Elles pointent du doigt le traitement médiatique qui résume parfois trop hâtivement ces drames en « crime passionnel » ou « fait divers ». Un site, « Les mots tuent », tente de faire changer ces pratiques journalistiques.

 

Quand, enfin, l’agresseur est condamné à une peine de prison, les victimes ne retrouvent pas forcément la paix. Carole Giraud a eu la surprise de croiser en ville l’ex de sa fille Sarah, qui se serait suicidée après avoir reçu des dizaines de coups. Pourquoi n’était-il pas derrière les barreaux ? Et que se passe-t-il quand l’incarcération arrive à sa fin ? Comment se décident les remises de peine ? Les familles sont-elles informées de la date de sortie ?