Encerclés par l’État islamique - Primé aux Etoiles SCAM 2016 - Trophée Télévision Grand Format - Prix SCAM au Prix Bayeux-Calvados des correspondants de guerre 2015

Un film de Xavier Muntz
REDIFFUSION mardi 3 novembre à 21h50 sur ARTE

Pour la première fois, les combats contre les soldats de «l’Etat islamique» ont été filmés au plus près par Xavier Muntz.

Décembre 2014, les forces de l’Etat Islamique ont totalement encerclé la montagne du Sinjar, à l’ouest de Mossoul en Irak. Ils contrôlent toutes les routes. Fuir est impossible. Une population de Kurdes yezidis, musulmans et chrétiens est prisonnière dans les villages du Sinjar. Les combats sont quotidiens, maison par maison. Le cercle, impitoyable se referme sur les maigres forces kurdes qui résistent, mal armées face à Daesh.

 

Unique moyen d’atteindre la zone : un hélicoptère qui survole depuis l’Irak le territoire de l’état islamique pour amener vivres et munitions aux combattants kurdes encerclés. C’est la seule ligne de vie.

 

Début décembre 2014, le documentariste Xavier Muntz monte dans l’hélicoptère.

 

Il est déposé dans un moment de grande tension. Des réfugiés et soldats se disputent les rares places d’hélico pour s’arracher à l’enfer. L’appareil, pris d’assaut, doit s’élever dans le ciel pour pouvoir larguer des vivres un peu plus loin dans la montagne.

On comprend à quel point il est périlleux de se poser au coeur du Sinjar.

 

Xavier va passer vingt jours avec les Kurdes. Seul avec sa caméra, il va se faire peu à peu oublier. « Fly on the wall », il capte des scènes de vie à la volée. Comme ces enfants jouant avec des cartouchières autour des combattants, au milieu de la poussière.

Civils et combattants vivent étroitement mêlés. On l’emmène en toute première ligne, avec ceux qui résistent quotidiennement face aux troupes de choc islamistes. Sans leur résistance, Daesh avance, tue les hommes et transforme les femmes en esclaves sexuelles.

Xavier raconte d’abord l’angoisse de l’encerclement. Il filme les Yezidis pendant leur prière au soleil. L’un d’entre eux décrit en longueur la faim, la peur et le sentiment que le reste du monde les a abandonnés. On lui montre les moyens ridiculement faibles.

Le film apporte une preuve éclatante du manque d’aide logistique dont souffrent les combattants anti-islamistes. Contrairement à la communication du gouvernement américain, les frappes de l’aviation US sont quasiment inexistantes. Mis à part l’arsenal fourni par les peshmergas, les armes aux mains des soldats kurdes sont de vieilles kalachnikovs ou des fusils de sniper artisanaux fabriqués dans de petits ateliers locaux et siglés : « Made in Kurdistan ». C’est une armée de combattants kurdes marxistes, de tous âges, et rompus au combat contre l’armée turque.

Malgré la faiblesse des moyens, les Kurdes vont jeter toutes leurs forces pour reprendre Sinjar City, la grande ville de la région tenue par Daesh.

Xavier a pu filmer les opérations les plus audacieuses. Maison par maison, l’assaut est lancé contre les positions islamistes. Xavier accompagne les snipers, puis suit des groupes de combattants qui avancent, rue par rue. Ils découvrent des victimes civiles, des corps de combattants de Daesh.

Il a pu filmer aussi les nuits d’attente et les débats entre les combattants kurdes yezidis (des zoroastriens, l’une des plus anciennes religions) et les musulmans. Rapidement les combattants Yezidis font comprendre à leurs frères d’armes que Daesh ne peut être considéré comme une institution islamique.

 

De même, Xavier a pu filmer une réunion de formation féministe en plein milieu de l’offensive. Une combattante gradée chapitre ses hommes sur la nécessaire égalité homme-femme.

Xavier a aussi passé deux jours avec un combattant volontaire américain venu se battre aux côtés des Kurdes. Cet ancien G.I, républicain, votant à droite, a découvert avec surprise qu’il avait incorporé une guérilla marxiste. Ce qui ne l’a pas décontenancé. Il continue de combattre à leurs côtés.

 

Jamil, un Chrétien du Sinjar est un des amis de Jason, l’Américain. On les voit traverser un moment de grande complicité, de jeux presque enfantins. Puis Jamil part sur la ligne de front, filmé par Xavier, et il est blessé au cou par un sniper de Daesh. Moment d’intense émotion entièrement filmé.

 

Après une semaine de lutte acharnée et des renforts venus des Kurdes de Syrie, les combattants kurdes réussissent enfin à faire reculer les forces de Daesh. Sinjar City est désormais aux mains des combattants de la libertée. La ville de Mossoul, place forte de l’état islamique devient le prochain objectif des combattants kurdes.

 

Première diffusion : mardi 10 février à 22h05 sur Arte – à voir en VOD